en tete

bando

Critique littéraire - Documents, témoignages - Encyclopédie, dictionnaires - Essais - Histoire - Littérature de langue française - Mémoires, souvenirs - Militaires - Nouvelles - Patrimoine - Régionalisme - Romans présent
A l'attention des librairies : la diffusion-distribution est assurée directement par Editions du Roure - commandes par mel
Pour toutes commandes en dehors de la France : Utiliser Paypal / For orders outside of France: Use Paypal
ACCUEIL COUVERTURES CATALOGUE VITRINE LIENS

Epuisé



 

Depuis Homère jusqu'à nos jours, trois mille ans de séduction accompagnent le mythe fabuleux de la sirène.

      En observant toutes les sirènes des églises de l'ancien diocèse du Puy-en-Velay, les auteurs entendent prouver qu'elles sont, au Moyen-Âge, héritières de la tradition classique : elles incarnent la parole.

  Les sculpteurs du Xle siècle organisent la répartition des chapiteaux autour de la sirène. Une "grille de lecture" est proposée. Il apparaît que la sirène romane est une messagère des enseignements de l'Eglise. Ce n'est que plus tard, au fil des siècles, qu'elle deviendra symbole de la tentation et de la luxure.

     Pierre Burger est photographe spécialiste de l'art religieux.

   André Crémillieux est auteur en ethnologie régionale et préhistoire.


E
xtrait ....
     
... identique aux autres. Il ne faut qu'admirer la vertu du sculpteur qui a tiré ces touffes trifoliées cri dépit des scories volcaniques... Il faut croire qu'il connaissait bien son modèle. Au sud-est, le chapiteau rouge, acanthe et caulicoles (*), ne livre son sens qu'au regard de son symétrique, le nordouest, d'où émergent les têtes. Acanthes également mais au repos, en gestation, en attente sur le chapiteau sud-ouest.

        Il y a là vraiment un espace clos où circule parfaitement l'idée de parole et d'écoute d'un chapiteau à l'autre, par symétrie ou opposition (les couleurs jouent leur rôle) et il est une fois de plus évident qu'un motif pris isolément ne signifie que peu de choses car la scène est un tout. Un choeur à quatre voix, pourrait-on dire.
 Prieuré casadéen. Fin du Xle siècle ou début du XlIe siècle. (Thiollier, op. cit. p. 153 à 156).
          Les chapiteaux romans ont été conservés (pas partout) lors des réfections des XVIe et XIXe siècles et l'abside, du XlIe siècle, n'a pas subi de modifications. Dans la mesure où elle conserve deux chapiteauxsirènes elle seule va nous occuper.
          En huit chapiteaux ainsi groupés -espace privilégié et spécifique pour y développer le discours- nous avons dans cette églisenon seulement une revue des thèmes habituels mais une symphonie, une mise a l'unisson de chaque thème dans ses rapports, d'une part avec le chapiteau en vis à vis et d'autre part avec l'idée globale qui se dégage de l'ensemble. Il s'agit réellement cette fois-ci d'une rhétorique, d'une élaboration du discours par approches successives et interdépendantes qui, toutes, contribuent à une composition d'intense signifiance.
          A l'entrée de l'abside, au contact du choeur et du transept, le chapiteau des animaux ailés, pattes posées au rebord du vase, suggère une fois encore tout ce qui est équilibre, sérénité, concordance. Au plus profond de la contemplation il n'est pas possible d'imaginer oeuvre d'art plus totale car en plus de l'impression de perfection et de plénitude procurée par la symétrie des formes, il plane -selon nous- sur cette scène une impalpable légèreté, presque la précarité d'un instant. Ceci se passe sous le contrôle de la sirène de droite.
          Vis à vis de ces animaux allés, l'idée alors de durée indubitable, de sagesse infinie, d'autorité de la parole, accompagne l'image du vénérable vieillard (émergeant des acanthes, bien entendu). Ceci se passe sous le controle de la sirène de gauche.
          En position intermédiaire dans le champ absidial, deux....

La sirène et le chapiteau roman
1997 - P Burger-A Crémillieux - 128 pages - 18,29 €