en tete

bando

Critique littéraire - Documents, témoignages - Encyclopédie, dictionnaires - Essais - Histoire - Littérature de langue française - Mémoires, souvenirs - Militaires - Nouvelles - Patrimoine - Régionalisme - Romans présent
A l'attention des librairies : la diffusion-distribution est assurée directement par Editions du Roure - commandes par mel
Pour toutes commandes en dehors de la France : Utiliser Paypal / For orders outside of France: Use Paypal
ACCUEIL COUVERTURES CATALOGUE VITRINE LIENS
   
     Récit historique d'après des documents authentiques - les papiers du colonel Frévol de La Coste- Jean Peyrard fait parler un voiturier de son invention qui raconte cette histoire de Grande Route. Ici sont les vaillances du colonel des Montagnes à la veille de la Révolution, de Pradelles, au Velay, du Languedoc à la Cévennes.

     Telles sont les chroniques du Messire des cinquante loups, du Mézenc en Gévaudan, ou celles du marquis de la Nuit...

     Récit jovial et truculent et personnages de contrebande, La Charguerode, mi-amante, mi-louve, Enjolras, moine de Vielprat goliard et bandit, et moi François la Francheté qui vous conte mon histoire !

      Et cette épopée des loups de Beauzon, et cette sempiternelle course des dragons des monts du Velay aux collines du Rhône, ces malandrins du Vivarais et justiciers des Dents du Diable... Province de "la Bête" et du vent noir, en avant bonnes gens et brigands. Voici la grande tourmente.

      Jean Peyrard est romancier. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages et collaborateur de revues historiques nationales.

Extraits...

    ..."Vous savez, monsieur, que M. Antoine, a tué un loup d'une grosseur extraordinaire, qu'il a envoyé au Roy, si on n'entend plus parler de nouveaux malheurs, il y aura lieu de présumer que c'était cet animal là qui les causait".

      Cet animal là, était-ce celui du marquis de la Nuit, meneur de loups ? Moi, Frankfaulner, je me posai subséquemment la question, et l'on fit là-dessus colloques et commérages de commères à compères. Ribainstrailles s'affublant de sa cape de paysan appelée gabardine, me dit :

       - Puisque nous voulons savoir, allons nous embusquer sous les tours de Jonchères. Vous, Frankfaulner, qui êtes ami du marquis de château désolé, appelez-le, au clair de lune, il vous répondra et peut-être, par la haute fenêtre, verrons-nous s'il a toujours son loup ?

      - J'ai mieux à vous proposer, dis-je, il suffit de s'amener mine joyeuse à son manoir, déguisés en croquants. Accompagné par moi, vous ferez un bon croquant, si vous teignez votre barbe et vous grimez un brin, en vous marquant de rides, en torturant vos traits.

     - D'accord pour m'ajuster le portrait, allons voir la Charguerode. Elle est, dit-on, bonne maquilleuse.

          Ainsi mon amie refit-elle la trogne à Ribainstrailles. Nous arrivâmes dans la grande salle de Jonchères, flanquée de ses tours. Elle était abandonnée, on l'avait emplie de foin. Un bedeau nous en fit détourner:

     - Venez par ici, à la tourelle haute. C'est là qu'est le maître du castel, M. le marquis de NezChancré. Ne frôlez pas ce chenil, il vous en cuirait !

          Et il porta un flambeau par les escaliers sombres. Nous suivions le bedeau bourru. Soudain une peinture apparut au fond du couloir. Le portrait d'une belle aux cheveux d'or, au regard bleu. C'était la Charguerode, peinte sur pied avec un secret sourire. A ses pieds un loup, dont les yeux veillaient sur elle comme sur une maîtresse.

          Qui donc avait fait dresser ce tableau sinon le marquis de la Nuit ? Et qui donc nous avait trahi jusqu'ici sinon...

Le Messire des cinquantes loups de Jean Peyrard
1993 - Jean Peyrard - 215 pages - 16,16 €

 
Panier d'achats ...
Pour commander avec un bon de commande : par chèque ou virement bancaire, c'est ici