en tete

bando

Critique littéraire - Documents, témoignages - Encyclopédie, dictionnaires - Essais - Histoire - Littérature de langue française - Mémoires, souvenirs - Militaires - Nouvelles - Patrimoine - Régionalisme - Romans présent
A l'attention des librairies : la diffusion-distribution est assurée directement par Editions du Roure - commandes par mel
Pour toutes commandes en dehors de la France : Utiliser Paypal / For orders outside of France: Use Paypal
ACCUEIL COUVERTURES CATALOGUE VITRINE LIENS

    
 Jean-Claude Besqueut et Gaston Joubert ont retrouvé le véritable auteur du Journal d'un bourgeois du Puy-en-Velay au XVIlle siècle : Jean-Dominique Mialon, avocat (1676-1748).

      Dans ce journal du 3 mars 1722 au 3 avril 1742, l'auteur cite les événements importants du temps, niais insiste davantage sur la vie courante, celle de la cité ponote, de ses gens, sans oublier ses propres préoccupations. Ce récit est truffé d'anecdotes ou d'indiscrétions.

      A cette époque, Monsieur de Polignac fait tirer l'oiseau. Les régiments royaux passent et repassent en ville, la peste sévit et les régions se barricadent derrière les lignes, Mialon, lui, souffre de la goutte, mais la petite vérole tue 500 enfants dans la ville du 1er au 17 septembre 1736.

      Les moeurs du temps sont rudes et la justice expéditive : on pend les voleurs aux fourches de Brives et les pilleurs de troncs d'église sont envoyés aux galères. L'époque est Pleine de tortures et de tourments, de révoltes aussi (les émotions), de duels entre soldats.

      Ce journal se situe bien dans la ligne des chroniques de Médicis, Jacmon et Burel. Il est abondamment annoté, expliqué, commenté par Jean-Claude Besqueut et Gaston Joubert.

      Jean-Claude Besqueut a publié de nombreux textes d'histoire régionale et Gaston Joubert, une très importante Biographie de la Haute-Loire.

Journal d'un bourgeois du Puy en 1742
1997 - JC Besqueut-G Joubert -  144 pages - 11,43 €

 
Panier d'achats ...
Pour commander avec un bon de commande : par chèque ou virement bancaire, c'est ici