en tete

bando

Critique littéraire - Documents, témoignages - Encyclopédie, dictionnaires - Essais - Histoire - Littérature de langue française - Mémoires, souvenirs - Militaires - Nouvelles - Patrimoine - Régionalisme - Romans présent
A l'attention des librairies : la diffusion-distribution est assurée directement par Editions du Roure - commandes par mel
Pour toutes commandes en dehors de la France : Utiliser Paypal / For orders outside of France: Use Paypal
ACCUEIL COUVERTURES CATALOGUE VITRINE LIENS
   Près du fracas des batailles, mais loin de l’héroïsme magnifié, les carnets de route de Pierre Irénée Jacob retracent minutieusement le parcours d’un pharmacien militaire, membre du service de santé de la Grande Armée de Napoléon, de 1804 à 1814

    A l’aide de précieux feuillets qui nous sont parvenus en deux carnets, François Stupp rapporte la chronique des émotions de l’instant, à la faveur d’une pause, au bivouac ou sur la paille d’un cantonnement de passage, dans le froid de la Russie ou dans la chaleur excessive de l’Espagne, avec une régularité exemplaire. Ce « clochard militaire » va errer de bataille en bataille au service des blessés et des malades.

    Pierre Irénée Jacob est né à Metz, le 27 juin 1782. Il a servi 10 ans dans la Grande Armée. Il a parcouru l’Europe de Paris à l’armée des Côtes, de la Prusse à Madrid, de la Saxe à la Bérézina, de Iéna à Varsovie, à pied bien souvent ou en carriole. Fait prisonnier deux fois, victime d’une embuscade en Espagne, rescapé miraculeux de la retraite de Russie « la marche de la misère », il témoigne de la très dure condition de ces soutiers de l’Empire, obligés d’assurer leurs déplacements par leurs propres moyens.

    Il fait connaissance avec la chirurgie de guerre. Le choc est rude : « En peu d’instants, j’ai vu ce que la guerre offre de plus horrible : un plancher de chambre de ferme couvert de sang, les membres amputés qu’on jette derrière la porte comme des abats d’animaux à la boucherie. » Les cris des opérés le bouleversent : « Je ne sais si sur le champ de bataille, l’animation, le danger, l’entraînement, le bruit des instruments guerriers peuvent donner à l’homme qui pense, à l’homme doué de quelque sensibilité les qualités d’un héros, mais il me semble qu’il suffit d’avoir passé par les ambulances d’armée pour prendre la guerre en horreur. »

    Pierre Irénée Jacob est un humaniste qui enrichit ses carnets de nombreuses réflexions sur la littérature, la musique, la botanique au gré de ses séjours et de ses rencontres. Par contre, son appréciation de l’Empereur n’est pas toujours flatteuse et Jacob transcrit les propos de bivouacs qui sont parfois accusateurs ainsi que les confidences de ses collègues médecins ou pharmaciens sur le « monstre ».

     François Stupp, lui-même pharmacien-chimiste, général en retraite connaît bien le service de santé des armées. Il ajoute à ce texte, peu connu, des notes techniques (la poste aux armées, les soldes, la prévôté, la composition du caisson d’ambulance, les médicaments), des descriptions de personnages (Larrey, Desgenettes, Percy, Parmentier, Laubert, Eblé…).

Les carnets de route de Pierre Irénée Jacob - François Stuppt
Un ouvrage de 192 pages. ISBN 2906278 53 X 4/2005 - 18 €

Panier d'achats ...

Pour commander avec un bon de commande : par chèque ou virement bancaire, c'est ici