en tete

bando

Critique littéraire - Documents, témoignages - Encyclopédie, dictionnaires - Essais - Histoire - Littérature de langue française - Mémoires, souvenirs - Militaires - Nouvelles - Patrimoine - Régionalisme - Romans présent
A l'attention des librairies : la diffusion-distribution est assurée directement par Editions du Roure - commandes par mel
Pour toutes commandes en dehors de la France : Utiliser Paypal / For orders outside of France: Use Paypal
  ACCUEIL COUVERTURES CATALOGUE VITRINE LIENS

ceaux d'allegre
"Certains citadins sont en train de réinventer le village, mais idéalisé (avec pêle-mêle : nature, authenticité, qualité de la vie, télétravail... ). Ce sont là d'intéressantes rêveries. Lucien Valentin quant à lui, porte Ceaux d'Allègre dans sa tête et dans son coeur. Le coeur ne gâche rien quand la réflexion est exacte sur un vrai village.
      Ce livre n'a rien à voir avec les monographies villageoises habituelles où tout est passé en revue, en enfilade : altitudes, climat, topographie, chemins, forêt, agriculture, hommes célèbres, foires, monuments divers... Non. Nous sommes dans l'histoire des mentalités, une histoire qui est récit. Les anglais ont deux mots distincts pour dire ces choses : history et story. Lucien Valentin n'aimerait pas que je lui dise qu'il est historien de métier, mais il me permettra de lui dire qu'il raconte parfaitement la société de son village. J'ai aimé ce livre comme d'autres l'aimeront." (André Fel)

 Maison d'assemblée de Chademac

l
la gare démolie en 1974
 
Professeur émérite Université Biaise Pascal, Clermont-Ferrand
Lucien VALENTIN
Né à Ceaux d'Allègre en 1925. Après l'école de Ceaux, le lycée du Puy-en-Velay (élève-maître 1942-1945), la Faculté de droit, il accomplit une carrière dans le corps préfectoral, en province, puis à la ville de Paris. Auteur en 1957 d'une thèse de doctorat sur le "pouvoir déconcentré", il publie en 1962 " L'action administrative dans la vie rurale"
 
Extrait....
     ... l'eau de la rivière monte subitement de 1 mètre. Le 25 juillet un violent incendie détruit la maison de Langlade à Juchet et le 18 août la foudre provoque une grande frayeur et des dégâts chez Jouve à Bouffelaure.

       L'année se termine par deux faits divers qui défraient la chronique : à l'occasion de travaux de peinture dans l'église on découvre une double litre aux armes des Tourzel d'Alègre et des Flaghac (bande noire que les seigneurs pouvaient faire tracer autour d'un lieu du culte en mémoire de leurs morts). Louise de Flaghac l'avait fait à Notre-Dame de l'Oratoire d'Allègre, Ceaux et Monlet pour son mari Christophe de Tourzel mort en 1640, réputé violent, vindicatif et dangereux et qu'elle aurait ramené à de meilleurs sentiments avec l'aide de la mère Agnès. Georges Paul ayant fait une communication à ce sujet à la Société Académique le 3 décembre, les journaux en parlent et des gens viennent voir, qui parait-il, s'en retournent déçus.
       L'Auvergnat de Paris du 16 décembre, s'il ne parle pas de la litre, rend compte du crime de Juchet. "Marie Terasson femme Clouet vient d'être arrêtée. Elle a tué à coups de marteau son beau-père Alexandre Langlade âgé de 73 ans, le même qui avait vu sa maison brûler quelques mois plus tôt. Ayant abandonné son mari à Paris, elle était venu vivre auprès de sa mère ; elle avait avec Langlade qui ne la supportait pas chez lui de très fréquentes disputes".

Un bourg encore animé malgré l'émigration

      Ceaux offre le visage d'un bourg rural actif qui, avec Monlet et Bellevue, soutient la comparaison avec son voisin chef-lieu de canton. On y dénombre encore dans les années 1920, 2 boucliers, 2 boulangers, 3 épiciers, 4 cafés, 2 ou 3 marchands de vin et 7 ou 8 artisans ; au moment où les foires se multiplient un peu partout entre 1870 et 1914, (leur nombre passe en Haute-Loire de 327 à 622 - Audras, CDHL, 1984), le maire, Masse, en 1904, obtient la création de 3 (ler mars, 24 octobre, 20 décembre) "pour favoriser le commerce et l'industrie locale et permettre aux paysans de la commune d'écouler leurs produits" ; bien que signalées encore en 1926, puis, dans un almanach agricole, en 1935, elles n'ont pas dû survivre très longtemps, mais elles témoignent de la prospérité agricole de Ceaux qui dépasse toujours 1 000 habitants au début du siècle.
      Cependant la baisse démographique est déjà amorcée. après un maximum de population au milieu du XIXe, suivie d'une chute de l'ordre de 200 habitants, puis d'une période de stabilisation jusqu'à la ...

Ceaux d'Allègre ou La Mémoire d'un Village
1995 - Lucien Valentin -192 pages -15,24 €

 
Panier d'achats ...
Pour commander avec un bon de commande : par chèque ou virement bancaire, c'est ici